Etant une grande consommatrice de bougies d’ambiance, il me semblait évident d’en parler. Il est difficile pour moi de résister à l’achat d’une jolie bougie, car je sais qu’elle sera rapidement consommée. En plus, les boutiques nous donnent l’embarras du choix. Il en existe de toutes les tailles, couleurs, senteurs…

Utilisées comme simples bougies de décoration, pour parfumer son intérieur, créer une intimité lors d’un repas aux chandelles, tout est prétexte pour les allumer ! Je ne manquerai pas d’imaginer un moment de zénitude dans ma salle de bain lorsque je testerai le rituel du hammam de Claudia.

Dans une approche personnelle dans le but de mieux consommer, je me suis interrogée. Pourquoi une bougie coûte si peu cher ? Est-ce toxique d’en allumer tous les jours chez soi  ? Et l’écologie dans tout ça ? Autant de questions qui m’ont fait m’intéresser de plus près à ce produit.

Zoom sur la bougie

Pour comprendre le fonctionnement d’une bougie, il faut d’abord savoir de quoi elle est faite, afin de s’intéresser de près au processus qui entretient la flamme. Pour qu’une flamme se crée, rien de bien compliqué. Pour cela, elle a seulement besoin d’un peu de chimie : une réaction entre un comburant et un combustible, activée par une source d’énergie.

Le principal composé de la bougie est bien évidement la cire (jusque là, je ne t’apprends rien). Elle joue ici le rôle de comburant qui va alimenter la mèche en cire. Au contact de la flamme, la cire fondue se vaporise et se décompose en gaz combustible qui entretient la flamme et va faire fondre la cire…  la bougie peut donc s’auto-alimenter et durer pendant plusieurs heures.

Le rôle du combustible va être joué par le 2ème élément indispensable : la mèche. Celle-ci est souvent constituée d’un coton tressé (anciennement on utilisait des mèches en fibre de verre que l’on retrouve encore dans les lampes à huile). Le rôle de la mèche est d’absorber la cire fondue et la faire remonter de long de celle-ci par capillarité.

Les bougies peuvent-elles être écologiques ?

Sais-tu pourquoi la tradition veut que l’on place une bougie sur nos gâteaux d’anniversaire ? C’est assez amusant de savoir que la toute première utilisation des bougies était de mesurer le temps lors des prières nocturnes. Elles étaient graduées afin de connaître le temps écoulé, ingénieux n’est-ce pas ?! Aujourd’hui, les bougies que l’on souffle lors d’un anniversaire symbolisent les années écoulées, et le fait de pouvoir l’éteindre avec le souffle permet aux personnes les plus âgées de montrer qu’elles sont en bonne santé.

Les différentes cires utilisées pour faire des bougies ont bien évolué depuis le temps ! Depuis l’époque où l’on trempait des tiges de roseaux dans de la graisse animale, jusqu’au développement de la cire végétale, en passant par l’industrialisation des bougies en paraffine… on retrouve aujourd’hui 3 types de cires communément utilisées : les cires d’origine minérale, animale et végétale.

La cire d’origine minérale

Je parle ici bien évidement de la fameuse paraffine qui a révolutionné le marché des bougies. Peu chère, facile à travailler et se conservant bien, la paraffine est la cire la plus utilisée de nos jours. Donc la paraffine, c’est un dérivé du pétrole. Plus précisément, c’est une huile minérale obtenue à partir du raffinage du pétrole.

Etant non renouvelable, ce type de cire représente un certain danger environnemental. Cela fait très longtemps que les huiles minérales sont utilisées dans la production de bougies mais également dans l’industrie cosmétique, alimentaire et pharmaceutique.

Si je regarde de plus près quelques étiquettes dans ma salle de bain, je peux trouver de la paraffine sous différents noms : huile de paraffine, huile de pétrole, paraffine liquide, pétrolatum liquide blanc, huile blanche, vaseline, mineral oil, silicone quaternium, méthylsilanol, cire microcristalline, ceresin, cera microcristallia… j’adore tous les noms variés et inimaginables que l’on peut donner à un seul composé, histoire de nous bombarder d’informations (parce qu’on n’est pas tous chimiste hein) pour éviter de pointer du doigt ce que l’on consomme. Bref.

La cire d’origine animale

Même si à l’époque on pouvait utiliser de la suif (graisse animale), aujourd’hui la cire animale la plus commune est la cire d’abeille. Plus lente à se consumer, les industries en ajoutent parfois à de la paraffine pour prolonger la durée de vie des bougies. Elles sont généralement plus appréciées pour leur légère odeur de miel qu’elle dégage, sucrée et gourmande.

Les bougies peuvent-elles être respectueuses de l'environnement ?

L’inconvénient de ce type de cire a plusieurs impacts éthiques et écologiques, à cause de l’exploitation des abeilles à miel. Il faut savoir que les fabricants ont besoin d’1kg de miel pour fabriquer environ 150g de cire d’abeille. Et comme le commerce du miel est souvent motivé par la rentabilité, les apiculteurs utilisent des méthodes radicales : enfumage, clippage des reines, destruction des ruches moins rentables, délocalisation… et j’en passe.

Alors attention, tous les apiculteurs n’utilisent pas de tels procédés. Parmi les cires qui proviennent de France par exemple, il y a beaucoup de petites entreprises artisanales qui possèdent peu de ruches et d’équipements, et ne font pas d’élevage intensif. Ces méthodes drastiques sont souvent employées en dehors de la zone de l’union européenne.

D’ailleurs, si on regarde de plus près ce qui se fait à l’étranger, on apprend que certaines cires animales provenant de Chine sont formées à base de cire extraite d’insectes élevés industriellement (par exemple les insectes Ericerus pe-la ou ceroplastes cerifus) qui produisent une substance cireuse (sympa, hein ?). Personnellement, je suis allée voir des images pour voir à quoi ça ressemble, et je trouve ça assez beurk !

La cire d’origine végétale

Bien que la paraffine soit la cire la plus commercialisée dans le monde, la demande rejette de plus en plus les produits d’origine pétrolière et se tourne aujourd’hui vers des composés plus naturels et produits à partir de ressources renouvelables. La cire végétale répond à ses 2 critères, tant qu’elle ne contribue pas à la déforestation : cire de riz, cire de mimosa, cire de myrte, cire de palmier… le choix est large et la plus commune est la cire de soja.

Personnellement, j’essaie au quotidien de m’intéresser aux origines de ce que je consomme en privilégiant des ressources renouvelables, respectueuses de la planète et des animaux. Si c’est possible, autant le faire, non ?! De plus, cette cire 100% naturelle a l’avantage de ne pas produire de suie comme le fait la paraffine.

Cependant, les cultures de soja soulèvent un débat sur les OGM : en 2009 encore, 75% du soja cultivé dans le monde était génétiquement modifié* avec des pesticides toxiques, causant des problèmes de santé pour les agriculteurs, et des problèmes écologiques. Au final, j’essaie de privilégier les bougies en cire de soja sans OGM !

Par contre l’étiquette doit clairement indiquer la quantité de cire végétale, car il se peut qu’il y ait 51% de cire de soja et 49% de paraffine, l’étiquette indiquera que c’est une bougie à la cire de soja ! Oui, je sais, c’est couillon, mais les services marketing adorent jouer sur les mots.

Bon à savoir

Un certain nombre d’additifs sont ajoutés L'importance de la longueur de la mèche d'une bougie pour éviter le rejet de suiedans des bougies afin d’apporter couleurs, senteurs et propriétés bien précises. Il faut bien évidement utiliser des bougies avec modération, en évitant les petites pièces confinées.

Afin d’éviter la pollution de l’air intérieur, la flamme ne doit pas être trop haute afin d’éviter la formation de suie. Lorsque le sommet de la flamme forme des petites pointes comme sur la photo de gauche, c’est révélateur que des particules de suie s’en échappent.

Sur la photo de droite, on peut voir la même bougie après avoir raccourci sa mèche. Toute la suie est brûlée au cœur de la flamme qui est maintenant lisse et arrondie.

Plus la qualité de la mèche et de la cire va être bonne, et plus la bougie durera longtemps. Alors n’hésite pas à te renseigner sur leur qualité, il existe des bougies commerciales qui sont de très bonne composition. Je t’ai préparé ma petite sélection personnelle de bougies naturelles respectueuses de l’environnement que je conseille.

Bougie écologique parfumé au pain d'épice

Une bougie artisanale de chez Bougie Créa

Cire de soja 100% naturelle sans OGM
Parfumée au Pain d’épice
Fabrication artisanale 100% française

Bougie naturelle parfumée à la cannelle et à l'orange

Une bougie artisanale de chez Ma Bougie Naturelle

100% cire végétale Colza et Soja sans OGM
Parfumée à la cannelle et à l’orange
Fabrication artisanale 100% alsacienne

Bougie relaxante au lilas écologiqueUne bougie artisanale de chez Ambiance Nature

Cire de soja 100% naturelle sans OGM
Parfumée à la lavande et ylang-ylang
Fabrication artisanale 100% française

bougie artisanale naturelle - bougie cocoon

Une bougie artisanale de chez Mathilde et Zoé

Cire de soja 100% naturelle sans OGM
Parfumée à la fève de tonka, fruits secs et touches boisées
Fabrication artisanale 100% française

Bougie-Confiture-de-Prune

Une bougie artisanale de chez LDéco Bougies Naturelles

Cire de soja 100% naturelle sans OGM
Parfumée à la confiture de prune
Fabrication artisanale 100% alsacienne

Sinon, le mieux serait de faire ses bougies soi-même, non ?