Nous voici dans la seconde édition du coin lecture, un petit rendez-vous qui commence à me plaire. Il faut l’avouer ces quatre dernières lectures ont été très variées ! Allant d’un extrême à l’autre mais ça a été intéressant de changer d’univers et varier les plaisirs. Pour ces quatre livres je n’ai eu aucune déception. Ça a été l’occasion également l’occasion de commencer deux nouvelles séries, comme si je n’en ai pas assez en cours ou en attente ! Mais j’ai hâte de lire les suites en plus des dizaines de livres qui m’attendent sagement.dsc_3674

Sans plus attendre voici donc mes impressions, installe toi confortablement et bonne lecture !

lettre-sur-le-bonheur-copie

4ème de couverture

Avant de condamner les principes du plaisir, qui gouverneraient le monde, il faut lire Epicure (341-270 av.JC), en particulier son éloge du bonheur. Un texte fondamental d’une grande modernité, écrit par un vieux sage.

Généralités

Nom du livre : Lettre sur le Bonheur

Parution : septembre 2000 pour la présente édition

Nombre de pages : 27

Auteur : Epicure

Mon Avis

Lorsque l’on est au lycée on parle de philosophes, on apprend quelques lignes sur la globalité de leur pensées et ça s’arrête souvent là. On persévère avec Platon, Aristote ou encore Socrate. Pour ma part j’ai adoré la philo et je pense que si les débouchées n’avaient pas été aussi limitées des études dans ce domaine m’auraient énormément plus. Je profite donc des livres pour m’y replonger et j’ai choisi déjà la Lettre sur le Bonheur d’Epicure. Car Epicure on en entend beaucoup parler, on emploie même son nom pour justifier nos comportements gourmands. Sauf qu’en cherchant bien, Epicure c’est plus grand et plus profond. Loin de la gloutonnerie ou de l’abus on parle de choix, de plaisirs et de la vie et de la mort. Une réelle découverte pour moi et qui amène à réfléchir, prendre conscience et surtout découvrir plus des pensées de ce philosophe.

La lecture ne fait que 27 pages d’un petit livre. Il est découpé en deux parties : l’une étant la lettre, l’autre étant un retour sur la personne qu’était Epicure. Je pensais donc lire rapidement ce livre. En fait pas du tout ! Le vocabulaire est classique mais ce sont surtout les phrases et leur complexité qui pousse à lire et relire certaines phrases voir certains paragraphes en entier pour en saisir la nuance.

C’est un grand coup de cœur pour moi tant pour la forme belle et complexe d’écriture que pour le fond. La vision de la vie, la façon de la prendre et d’en être acteur m’a beaucoup charmé et je le recommande énormément pour gagner en ouverture d’esprit mais aussi en connaissance générale sur ce philosophe assez peu développé à mon goût dans certains cours.
delirium-copie

4ème de couverture

Plus que trois mois, et je serai enfin protégée de l’amor deliria nervosa. Après le Protocole, je serai heureuse et en sécurité. Pour toujours. C’est ce que tout le monde dit. Et je l’ai toujours cru. Jusqu’à aujourd’hui.

Généralités

Nom du livre : Délirium – livre 1

Parution : 2011

Nombre de pages : 452

Auteur : Lauren Oliver

Mon Avis

On change de registre avec un livre d’un tout autre domaine. Quelque chose de léger et facile à lire. Je ne sais même plus dire depuis combien de temps ce livre m’attend dans ma bibliothèque mais toujours est-il que cet été j’ai eu envie de lire quelque chose de plus jeune. Le genre de romans que je lisais beaucoup avant, mais trop de choses et genres m’intéressent maintenant ! J’ai donc un peu laissé tombé le registre et j’ai décidé de varier plus et replonger dans un univers plus jeune et plus imaginatif.

En reprenant le livre en main et découvrant la 4ème je me suis dit « ah oui quand même ». Un roman adolescent je veux bien mais donc le thème principal est l’amour, étonnant qu’il a fini chez moi ! Néanmoins il y avait quelque chose d’attirant dans la légèreté du registre. Je me suis laissée tenter.

C’est donc l’histoire de Lena, le monde dans lequel elle vit l’empêche d’aimer. Elle y a été éduquée depuis la naissance et les personnes qui s’y risquent finissent souvent mal. Le syndrome du Délirum. L’amour les fait délirer, ils se laissent mourir, deviennent fous et finissent toujours par disparaître ou finir internés. Autant dire qu’elle ne veut pas tomber amoureuse, cette maladie infame que tout le monde craint et qu’il faut fuir à tout prix. Avant donc de pouvoir être « libéré » de cette malformation pour leur 18ans les jeunes sont séparés. Les filles d’un côté, les garçons de l’autre, ça limite les « accidents ». La suite de l’histoire, je te laisse la deviner.

Un roman facile à lire, mais on se laisse prendre par l’intrigue et on aime croire à l’amour. Une bonne surprise donc pour ce petit roman rapide et doux. Ce n’est pas le roman de l’année mais j’ai hâte de découvrir la suite ! Le livre 2 m’attend déjà… Ma pile à lire est bien trop grande !

demi-monde-copie

4ème de couverture

Le Demi-Monde est la simulation informatique la plus avancée jamais conçue. Créé pour entraîner les soldats à la guérilla urbaine, ce monde virtuel est volontairement bloqué dans une guerre civile permanente. Ses trente millions d’habitants numériques sont gouvernés par les avatars des plus cruels tyrans de l’Histoire : Heydrich, l’architecte de l’Holocauste ; Beria, le bourreau de Staline ; Torquemada, l’Inquisiteur sans pitié ; Robespierre, le visage de la Terreur…

Quelque chose s’est cependant détraqué à l’intérieur même du Demi-Monde, et la fille du président des Etats-Unis y reste coincée. Il incombe à l’agent Ella Thomas d’aller la récupérer, mais, une fois sur place, la jeune femme se rend compte que les règles sont faussées…

Le monde réel pourrait bien courir un danger que nul n’a encore osé imaginer !

Généralités

Nom du livre : Demi-Monde – Hiver

Parution : 2011

Nombre de pages : 542

Auteur : Rod Rees

Mon Avis

Pour Demi Monde c’est un peu pareil, il était là a m’attendre depuis un peu trop longtemps, je me suis donc décidée à le lire enfin. J’avoue, le début était compliqué. J’ai mis un temps fou à avancer au début, il faut s’accrocher. Il y a une mise en place de l’univers de ce demi-monde et beaucoup-beaucoup d’éléments nous sont donnés, peut être un peu trop. Du vocabulaire aussi, des conflits à essayer de retenir, des idéologies, des peuples.

Bref c’était une lecture un peu chargée et j’ai un peu hésité à continuer, de peur que ce matraquage continue tout au long du roman. Maintenant je peux le dire, j’ai bien fait de continuer. On suit l’histoire de quelques personnages qui évoluent dans un monde virtuel, mais pas si virtuel que ça. Il y a des nazis (mais qui s’appellent pas des nazis), des juifs (mais qui s’appellent différemment aussi), des « foncés », des suffragettes des méchants et beaucoup de conflits dans ce monde. Encore une création des américains qu’ils auraient mieux fait de laisser au placard.

Les personnages de ce roman sont sympa mais beaucoup tapent sur les nerfs. C’est carrément fait exprès mais on pourrait les étrangler. L’intrigue a l’air plutôt bien ficelée mais il faut voir comment l’auteur va réussir à la faire évoluer dans les tomes suivants, à mon avis ça sera quitte ou double.

C’est donc un roman que je recommande car une fois passé le premier obstacle de la découverte de ce monde, l’histoire est pleine de rebondissements, ça bouge énormément et l’histoire a vraiment un petit quelque chose de particulier, le genre de moment plutôt rare et donc l’histoire est vraiment travaillée. Un mélange de science fiction, de geekerie et de fantasy. Il s’agit donc d’une découverte plutôt sympa !

rome-en-un-jour

4ème de couverture

Dans la petite île d’Ithaque, Pénélope et son fils Télémaque attendent Ulysse, leur époux et père. Voilà vingt ans qu’il est parti pour Troie et qu’ils sont sans nouvelles de lui. De l’autre côté des mers, Ulysse a pris le chemin du retour depuis longtemps déjà. Mais les tempêtes, les monstres, les géants, les dieux parfois, l’arrêtent ou le détournent de sa route. 

Généralités

Nom du livre : L’Odyssée

Parution : 2016 pour la présente édition

Nombre de pages : 156

Auteur : Homère

Mon Avis

Comme pour la lettre d’Epicure, l’Odyssée d’Homère est pour moi l’occasion de parfaire ma culture générale. C’est un roman que beaucoup ont lu au collège, ce qui n’a pas été mon cas. J’ai eu la chance d’avoir des profs très portés sur la littérature moderne. Une chance donc lorsque l’on est enfant, c’est moins barbant. Mais j’ai aujourd’hui l’envie de découvrir plus de ces histoires antiques, les mythes et les contes de toutes époques m’attirent beaucoup.

Une lecture qui m’a laissée un peu sur ma fin. Je pense que j’aurais du choisir la version intégrale car chaque partie était beaucoup trop condensée et n’allait pas en profondeur. Dommage donc, même s’il a été très intéressant de reprendre cette histoire à zéro pour moi. Quand elle sera un peu plus derrière moi je pense donc m’y replonger avec la version complète qui est quand même beaucoup plus riche. Étonnamment par rapport à mes a priori la lecture en tant que telle a été très facile, le style est simple et pour les quelques vocabulaires propres à ces histoires un petit lexique est ajouté à la fin du livre. Ça aura donc été une lecture plutôt sympa mais un peu en dessous de mes attentes.

Quelles sont tes dernières lectures ?