Je vais vous parler ici d’un sujet qui est encore trop tabous : les règles. Ce truc qui n’est pas sale, qui est normal. Alors plutôt que d’éviter le sujet je préfère vous en parler dans cette rubrique, car c’est un poste qui génère énormément de déchets dans la vie d’une femme si on ne change pas nos habitude. En plus de cela le choix de la protection hygiénique est importante au niveau santé, si l’on veut éviter de coller n’importe quoi et n’importe quels produits à son intimité.

Pourquoi laisser tomber le jetable ?

En moyenne, une femme utilise au cours de sa vie 10 000 à 15 000 produits menstruels (serviettes, tampons, applicateurs, emballages individuels).

Ce sont chaque année, plus de 45 milliards de serviettes hygiéniques qui sont jetées dans le monde.

Il faut 500 ans à ces produits hygiéniques pour se dégrader, c’est-à-dire autant qu’une bouteille en plastique. Ce qui fait de l’industrie des protections hygiéniques l’une des plus polluantes au monde, selon Greenpeace.


Source :
https://www.planetoscope.com/hygiene-beaute/1598-consommation-mondiale-de-serviettes-hygieniques.html

Ajoutons à cela toutes les polémiques sur les produits utilisés toutes ces heures en contact direct avec les muqueuses, ça donne envie de changer ! L’autre jour par exemple je suis vite allée prendre des serviettes jetables en attendant de recevoir ma livraison de serviettes jetables, j’ai choisi je l’avoue sans trop regardé, et franchement… rien que l’odeur de parfum chimique qui s’échappait de cette chose me donnait la nausée. Non je n’ai pas forcément envie de me parfumer la foufoune, qui plus est je n’ai pas envie qu’elle soit en contact toute la journée avec des produits aussi peu naturels ! Je ne parle même pas des tampons qui vous dessèchent de l’intérieur et bourrés de pesticides, chlore et autres produits.

Alors on me dira qu’il existe de plus en plus de marques bios pour les serviettes et les tampons, certes c’est un plus, mais il n’en reste pas moins des quantités astronomiques de déchets générés chaque mois pour chaque femme.

On notera également le gain économique pour ceux que ça intéresse :

[…] des protections hygiéniques, qui reviennent en moyenne à 18 euros par mois, en partant du principe qu’une femme a ses règles 450 fois dans sa vie, on obtient malgré tout la somme de 8 100 euros. 

Source :
https://www.marieclaire.fr/,avoir-ses-regles-coute-une-petite-fortune,779525.asp

Quand on sait qu’une coupe menstruelle coûte environ une vingtaine d’euros et a une durée de vie de 5 ans environ ! Pour les serviettes hygiéniques on est sur les mêmes ordres de prix. Autant dire qu’il y a de quoi faire des économies !

La coupe menstruelle

Ma copine depuis maintenant 5 ans je crois ! D’ailleurs ça ce voit puisqu’elle n’est plus bien transparente, mais c’est normal. J’ai choisi de vous montrer ma vrai cup parce que je trouve un peu hypocrite d’en acheter une exprès. Même si je dois changer bientôt un peu d’authentique ne fait jamais de mal histoire d’effacer tout de suite tout tabou.

J’ai acheté la mienne en pharmacie et ce n’était pas encore aussi facile que maintenant à en trouver en boutique car on commençait à peine à vraiment en parler bien qu’elle existe depuis bien plus longtemps. C’est un peu la solution hyper pratique, hyper rapide et hyper libre (sport, baignades, sommeil…) puisqu’elle disparaît facilement de notre esprit une fois insérée.

Le principe de la coupe menstruelle est de retenir le sang, mais sans l macération ou encore l’absorber. Déjà ça évite les mauvaises odeurs comme le tampons lorsque le sang macère, ensuite cela évite le dessèchement des muqueuses et dérèglement de la flore vaginale comme le font les tampons.

Si vous n’avez encore jamais testé, c’est donc le moment ! Forcément si vous franchissez le cap vous aurez plein de questions. Heureusement internet est une mine d’or. Les points qui me semblent important pour l’achat d’une cup : réfléchir à son flux, vérifier la qualité et la composition de la cup, essayer d’acheter Made in France si déjà.

“J’ai peur que ça fuit”
La mise en place sera surtout une question d’habitude. Si vous n’êtes pas à l’aise vous pouvez toujours porter en complément une serviette lavable les premières utilisations pour vous rassurer.
En plus de tous les tutos qu’on retrouve sur internet, les cups sont normalement livrées avec une notice tout simplement, en fait ce n’est pas hyper complexe : vous la pliez et HOP ! L’idée pour que tout aille bien : détendez vous. Vérifiez manuellement qu’elle soit bien en place et dépliée à l’intérieur. Une fois insérée vous verrez c’est magique : on ne la sent pas !

“Beurk, je dois mettre les doigts, me toucher, toussatoussa”
Oui, et vous savez quoi ? C’est peut être le moment de nous réconcilier avec nos corps, non ? Vous n’êtes pas sale, vous êtes normale et les règles c’est normal aussi. Le vagin également c’est normal d’ailleurs. Alors il faudra peut être du temps pour être à l’aise, ça je le comprends. On se redécouvre peut-être en démarrant avec la coupe menstruelle, mais c’est plutôt une bonne chose !

“Et s’il n’y a que des toilettes publics ?”
L’idéal serait d’avoir une bouteille (inox et non jetable si déjà!) avec vous, alors rien de plus simple, vous la rincez au dessus des WC. Sinon vous avez la possibilité de nettoyer la cup avec du papier uniquement, c’est ce que je fais si les toilettes sont vraiment sales et que je ne veux vraiment pas trouver à quoi que ce soit. Sinon il m’est déjà arrivé de vider la cup, la laver avec du papier, sortir la rincer au lavabo et retourner dans la cabine pour la remettre. Après j’ai tendance à n’avoir aucun scrupule dans le respect de mon corps. Comme dit la première solution est possible si ce n’est pas à chaque “vidange”. En plus ça vous évite de vous balader avec votre tampax en main sur le trajet jusqu’aux WC.

“Il faut avoir eu un enfant pour que ça rentre”
Non, il faut juste être détendue, ce n’est pas si gros que ça une coupe menstruelle, c’est un coup de main à prendre. Moi-même j’ai commencé bien avant la naissance de ma fille sans aucun problème.

Point hygiène
forcément même si ce n’est pas sale, ça n’en reste pas moins une zone sensible à laquelle il faut prendre soin. Voici les conseils que je donnerai :

  • Stérilisez à l’eau chaude au début et à la fin de chaque cycle.
  • Lavez vous correctement les mains avant et après : souvent on se les lave après… mais quand on traine dehors en plus je trouve ça super important d’avoir les mains propres avant de devoir rentrer en contact avec mon intimité.
  • Ne la gardez pas plus de 8h : car même si les études ce contredisent, comme le tampon il y a un risque de choc toxique au delà. Alors comme on est pas sûre je joue dame prudence.
  • En choisir une transparence : sur la photo que j’ai mis vous voyez qu’elles ne restent pas bien transparentes. Alors on serait tentées de les prendre en noir comme j’ai vu plein de photos passer. Sauf que franchement pour être sûre que la coupe soit bien propre à chaque lavage… Rien de plus pratique que la transparente, et j’avoue que c’est pour moi le plus important puisqu’on est pas trop censé la voir autrement de toute façon.

Les serviettes hygiéniques lavables

Ma nouvelle avancée vers la réduction de mes déchets ! Si depuis 5 ans je n’utilisais que la coupe menstruelle, depuis mon accouchement j’ai parfois envie de laisser un peu de liberté à mon cycle et parfois je n’ai juste pas envie de mettre la cup même si ça reste mon moyen de protection numéro 1. De plus comme je dois changer pour une plus grande (merci bébé!) je dois parfois complémenter la cup pour éviter les fuites puisqu’elle n’est plus à ma taille notamment au milieu de mes règles.

Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai voulu parfois utiliser des serviettes hygiéniques, et que c’est pas franchement joli-joli ni pour la planète ni pour mon corps comme je l’ai expliqué tout en haut. Alors j’ai sauté le pas et pour cela également je passe au lavable/réutilisable !

Pour l’instant j’ai peu d’expérience donc, mais je pense que les serviettes hygiéniques lavables et moi c’est déjà une histoire d’amour. Déjà parce que c’est un vrai objet (franchement rien que l’emballage des jetables me donne des picotements), les matières sont safe, et surtout : elles sont pas trop belles ? En fait je suis pour ajouter du panache dans notre quotidien. Faut le dire : je crois que personne n’aime avoir ses règles. Pourtant j’ai appris à vivre bien avec et surtout à comprendre que c’est essentiel pour le bon fonctionnement du corps. Alors si déjà on doit passer par “là” toutes les 4 semaines environ… autant rendre ça sympa avec des accessoires sympas et qui durent.

J’ai longtemps hésité, n’ayant pas de cycle très régulier pour l’instant puisque j’allaite encore ça m’a permis de faire un petit tour d’horizon. Au départ je voulais partir sur une créatrice indépendante, car je trouve ça génial qu’il y ai des créateurs qui proposent ce type de produits, mais je n’étais pas convaincue par les motifs (oui, je suis faible) et j’ai donc choisi la marque “Dans Ma Culotte” car c’est une marque fun, responsable et qui propose des motifs à tomber. Je vous rassure, il n’y a aucun partenariat avec eux, mais j’adore leur valeurs et ce qu’ils dégagent. Ils réussissent à rendre les menstruations, encore si tabous, joyeuses et normales.

Peu importe la marque que vous choisirez, je vous conseille de vérifier :

  • La composition utilisée pour la convection de la serviette hygiénique
  • La méthode de fabrication et éthique de la marque

Alors de même que la coupe menstruelle : non ce n’est pas sale, ce n’est pas un retour en arrière, ce n’est rien d’autre que : le respect de la planète et de son corps. Donc le retour par contre vers un mode de vie plus respectueux de soi et du monde qui nous entoure. Pour l’entretien ce sont des matériaux adaptés et une routine de lavage simple au savon de Marseille (ou autres produits naturels) par exemple permet de les faire durer, suivez les recommandations du fabriquant.

Vous l’aurez compris, pour moi avoir ses règles et tirer au maximum vers le zéro déchet c’est facile et à la porté de toutes, je vous y encourage donc ! Pour vous, votre porte feuille et surtout pour la planète.

Te sens-tu prête à sauter le pas ? A moins que ça ne soit déjà fait ?