dsc_2987Nous arrivons au terme de la semaine de la mobilité et c’est le premier jour du printemps, ce qui tombe à pic puisque depuis maintenant un an et un jour je n’ai plus de voiture. Trois bonnes raisons d’écrire sur le sujet. J’ai utilisé durant ces douze derniers mois plusieurs moyens de transports au quotidien pour m’arrêter aujourd’hui au vélo que j’utilise tous les jours. Je profite ainsi de la liberté et des bienfaits d’un transport doux, économique et non-polluant. En dehors des sorties en couple pour lesquels nous nous éloignons de la ville je n’ai eu à emprunter la voiture de mon chéri moins d’une dizaine de fois. Autant dire que malgré une petite appréhension au départ je suis tombée amoureuse de ce mode de vie.

On l’a bien vu l’automne arrive. Tu as peut-être aussi réussi cet été a prendre de bonnes habitudes et aller travailler ou faire plus de trajets à vélo. Même si les températures sont plutôt clémentes pour le moment le pluie fait son retour et peut te refroidir à monter sur la selle.

Pour les photos nous avons eu de la chance et j’ai voulu vous montrer hors pluie comment je fais du vélo en automne : En jupe ! Le tout est de s’habiller en fonction de la température. Quand j’ai enfourcher le vélo ce matin il faisait plutôt frais à 7h15 et j’ai donc opté pour des collants épais. Aucun signe d’averse prévu à la météo donc j’ai laissé mon imper et mon poncho dans l’armoire. J’ai donc enfilé une veste en simili contre le vent le matin et pour twister ce look un peu sage pour le travail et l’enlever l’après midi quand l’air s’est réchauffé. Les talons en vélo ? Tout dépend de la chaussure, il faut être à l’aise et elles ne doivent pas glisser mais oui, c’est possible et je le fais avec confort et sans danger.

Rouler en automne

Pour les temps de pluie à venir, pas de panique ! Il existe des solutions pour rester à l’aise, il suffit de suivre quelques principes logiques dont j’ai envie de parler aujourd’hui :

Sécurité

Eclairages et casques obligatoires ! Si l’été je m’autorise des sorties sans le casque à cause de la chaleur et parce qu’il y a un peu moins de risques de glissage ou de mauvaise visibilité avec l’arrivée de l’automne il s’agit des accessoires obligatoires pour des trajets quotidiens. Voir bien sûr mais surtout être vu. En été les automobilistes ont en effet une vision très bonne qui se dégrade en hiver. La nuit qui tombe plus tôt, le brouillard, la pluie. Les conducteurs ne pensent même plus au vélo, beaucoup moins nombreux à cette période de l’année. C’est donc le moment de bien se protéger mais aussi se signaler. J’utilise des petites lumières led que je fixe sur le cadre et qui clignotent, les réflecteurs sur les roues sont importants aussi.

Cette partie de la sécurité coule de source. Il existe néanmoins encore deux facteurs de danger.

Tout d’abord les freins. Lorsqu’il pleut et que le vélo est mouillé les freins n’adhèrent plus aussi bien sur la roue ce qui peut être très surprenant. Dans ces cas là il n’y a pas beaucoup de solutions : la prudence en premier lieu et une vitesse modérée mais aussi de donner régulièrement de petits coups de freins afin de sécher un minimum les surfaces de contact.

Par temps humide et le pluie l’autre ennemi à ne pas sous estimer reste la route. Oui la route en elle même et surtout ses surfaces lisses très présentes en ville. Bouches d’égouts, passages piétons, marquages au sol. La peinture de ses éléments est très lisse et mouillés en font de vraies patinoires. C’est donc le moment de regarder, en plus des automobilistes et des piétons, le sol et anticiper la trajectoire pour éviter au maximum de rouler sur ces pièges.

Confort

Ne pas avoir de voiture et rouler chaque jour en vélo que ça soit pour aller travailler ou faire des courses peut sembler très inconfortable en vélo. Faux ! Tout est une question d’habitude et si tu as roulé et aimé ça tout l’été c’est le moment de continuer. Déjà on s’habitue très facilement à l’idée d’être dehors et de vivre en fonction du temps. C’est un mode de vie qui me tient très à coeur actuellement et sortir en vivant avec les saisons a un certain charme… Parce qu’à force d’expérience j’ai fini par m’équiper. J’en ai déjà parlé ici.

Mon top pour faire face à la pluie en automne à vélo est constitué simplement de :
  • Poncho Ikéa, pratique et qui protège à merveille. Anti-pluie super, je cale la capuche avec le casque et je suis bien au sec jusqu’en dessous des genoux. Le bas du pantalon ou du collant n’est pas protégé mais les tibias sauf gros déluge n’ont pas grand chose à craindre de la pluie. Sinon il reste des surchaussures en magasin spécialisé qui remontent aux genoux. Personnellement je m’en passe pour le moment. On ne ressemble pas à grand chose là dessous mais le côté positif ? Je peux m’habiller bien en dessous et arriver fraîche au travail ! Testé et approuvé.
  • Veste petit bateau, offert par mon chéri pour les temps de petite pluie il me protège à merveille. Il ne couvre pas les jambes et je suffit pas aux grosses pluies mais est très suffisant pour un temps mitigé et petites averses. En plus je l’aime <3
  • Gants, pour le moment j’ai des gants noirs type seconde peau classique. Je compte bientôt me chercher des vrais gants de vélo pour être vraiment à l’aise mais l’essentiel est de pouvoir être un minimum au sec et pouvoir les faire sécher entre deux trajets et qui protègent les doigts du vent qui commence à arriver.

dsc_2974

dsc_2963

Allez on profite encore des quelques beaux jours qui nous restent et on se prépare psychologiquement à ressembler à E.T. pour affronter l’hiver !

Mon vélo ? il est beau hein ! L’ancien a été fauché faute d’un antivol assez rikiki. J’ai donc été forcé d’en changer et je suis plus que ravie de ce bolide vintage aussi joli que confortable. Je l’ai trouvé chez les supers copains de Cycles Béha à Mulhouse (place de la Concorde). Leurs vélos sont superbes !

Merci Ant Lrag pour les photos, t’assures !

Te sens-tu prêt(e) à attaquer l’arrivée de l’automne ?