En fait dans la vie on parle souvent du « grand saut » mais à vrai dire il y en a plusieurs. Ils ressemblent un peu à la première fois qu’on saute dans la piscine l’été, qu’elle est encore un peu froide, qu’elle fait un peu peur, mais qu’on sait que ça va être génial. Mélange d’appréhension et de bonheur approchant. C’est dans l’un de ces saut dans la vie que je me suis embarquée avec quelques petites pages paraphées, quelques petites signatures et des négociations. Aujourd’hui on touche au but et je ne peux pas me retenir de te le partager tant l’attente est à la fois horrible et stimulante : Avec mon petit oiseau on a décidé d’acheter un appartement, de devenir propriétaires de notre futur chez-nous. Petit coup de vieux, et grande excitation. On a l’impression d’être des grands maintenant, et on est excités comme des gamins de 5 ans en route pour DisneyLand Europapark ! Sauf que là, on s’apprête à déménager <3

Après seulement un an et demi de relation et un an de vie commune on s’est dit « bon c’est parti! ». Ça peut paraître rapide. Personnellement c’est un peu un mélange entre « ouah on a déjà fait tout ça » et « quoi, déjà ? ». C’est dingue ce rapport au temps qui passe et qui a deux visages. C’est ce que j’aime chez nous : aucune contrainte, on ne compte rien, aucune règle, on ne respecte que ce que l’on veut tous les deux.

Alors bon, c’est bien beau tout ça, mais on a signé le compromis il y a plus de 4 mois déjà et on est toujours pas dedans ! Aucun travaux pourtant, l’appartement est parfait, dans une maison parfaite, avec un positionnement parfait. La misère de l’administratif mes amis. Parce qu’au moment de la signature le notaire nous a proposé la date du 30.4.16 nous devrions déjà avoir ces clés, brandies fièrement, avec le selfie de la victoire et le pic-nic improvisé assis par terre sans rien dans l’appartement mais juste pour se dire « on mange chez nous! » cette pizza commandée et ce Lambrusco juste sur un carton posé au milieu de ce nouveau chez nous à l’improviste et en attendant la date fatidique où tous nos amis/famille viendraient tout porter à notre place nous aider à déménager.

Camille réveille toi ! N’oublie pas que rien ne se passe jamais comme prévu, tu as laissé un mois supplémentaire au vendeur parce que trop-bon-trop-con et surtout lorsque tu es dépendante d’autres forces obscures et administratives. Ainsi même la date définitive fixée dans le compromis de vente au 01.06.2016 – dans trois petites semaines – semble aujourd’hui inatteignable. Déjà long de base, mais encore plus lorsque tu sais d’avance qu’il ne sera sûrement pas respectée. Grrrr. Le plus embêtant lorsque l’on est à trois semaines de la date de remise des clés prévue mais avec un doute concernant le bon respect des délais, c’est surtout la non possibilité d’organiser le déménagement. Et moi et l’organisation, c’est une histoire d’amour fusionnelle et passionnée. La galère en fond du bonheur.

Mais heureusement ce n’est que de l’administratif, il faut se rassurer sur l’aspect temporaire de ces petites frustrations et problèmes logistiques. En attendant on prépare doucement le terrain, on vend les meubles dont on n’aura plus besoin, on fait un super mindmapp pour organiser tout ça, on a déjà fait la liste des achats sur Ikea, on commence à réfléchir aux éléments de déco pour ajouter notre touche bien personnelle, on a les plans de l’aménagement de la chambre qui sera installée et on a l’offre de la banque qui attend sagement la date définitive. Puis surtout, on commence déjà à réfléchir à la crémaillère ! Je te le dis, nous sommes comme des enfants.

Une prochaine fois je livrerai surement les étapes et quelques conseils que j’ai retenu de cette expédition, ce grand saut, cette avancée gigantesque dans la vie de notre couple. Mais ça, ça sera sans doute quand on aura surmonté tous les obstacles et que j’aurai un avis posé sur cette expérience qui est tellement enrichissante !

Et toi, quelles galères as-tu déjà rencontré pour un déménagement ?