Depuis plus d’un an j’essaie autant que possible d’avoir une vie saine et donc de manger sainement, puisque l’alimentation est la base de beaucoup de choses. Devenir végétarienne n’a été qu’une étape vers quelque chose de plus global. Au travers du blog j’essaie autant que possible de partager cette vision. Donner mes petits trucs, astuces, idées, envies… Maintenant que je ne vais plus dans les fast-food depuis longtemps ; j’essaie autant que possible de tout cuisiner moi-même. Je ne mange plus de chair animale. J’essaie de consommer bio et local dans la mesure du possible. Je cuisine des légumes de saison et je limite mes consommations de produits industriels. Comme tout le monde il m’arrive de croquer dans un petit Kinder à Noël mais dans le quotidien et dans la globalité il est important pour moi de manger sainement.

Je sais que certains proches ou moins proches me prennent un peu pour une extra-terrestre. La plupart ont compris, ils le respectent – même si je suis un peu devenue la bobo bizarre pour eux. Lorsque je suis avec d’autres personnes certaines réflexions ou regards suffisent à me faire comprendre que ça n’est pas forcément bien vu. Alors même que je ne suis pas militante du tout, je partage à ceux qui demandent point barre. Alors j’ai eu beau réfléchir, j’ai un peu des difficultés à comprendre que pour certains il est mal vu de vouloir vivre au mieux pour soi et pour ce qui nous entoure. Bref, là n’est pas le sujet et grand bien leur fasse, tant que je puis continuer à vivre comme bon me semble… Chacun son assiette.

Tout ça m’a conduit à me questionner sur le sujet. Faire une petite introspection. Mes motivations écologiques, environnementales, respectueuses et sociétales sont claires, je suis bien dans ma démarche et je j’essaie de faire au mieux. Rien n’est parfait mais en tout cas j’essaie sans cesse de m’améliorer. Aujourd’hui j’ai donc réfléchi et fait le point sur ce que ça m’apporte exactement. Quels changements cette alimentation a opéré dans mon corps et mon esprit. Comment au quotidien je ressens la différence. Et en fin de compte, est ce qu’on ressent le fait de consommer « mieux » dans notre corps ?

La peau

Ma peau n’est toujours pas parfaite, certes. Mais j’ai énormément moins de boutons et les seuls qui apparaissent exceptionnellement sont plus de l’ordre hormonal.

J’ai donc une peau moins acnéique, mais aussi moins grasse.

On pourrait croire que c’est également en prenant de l’âge, mon corps se régule. Effectivement une partie de cette peau plus lisse peut être du à cette maturité de ma peau… Sauf qu’en fait… Je cuisine presque sans graisse au quotidien et si je me lâche et mange gras une fois… La ca-ta-strophe. Oui oui, les boutons, ils sont de retours. Je trouve mon teint plus cireux aussi si je mange mal sur une période de plusieurs jours, bref, on voit clairement qu’il essaie de faire ressortir toutes ces cochonneries…

Manger sainement m’a donc apporté une peau plus équilibrée et un teint plus lumineux. Et ça, j’aime !

Le goût

Revenir sur des aliments industriels, quelle horreur ! Comme quoi toutes les cochonneries qu’ils ajoutent dedans pour nous rendre addict jouent un grand rôle et que lorsque l’on est déshabitues à ce type de plat, les re-goûter est assez impressionnant et ne ressemble pas du tout au souvenir qu’on en avait… C’est un peu comme la digestion, une fois qu’on a passé un cap et qu’on a l’habitude du vrai goût des aliments et des produits frais il est vraiment étonnant de revenir sur une alimentation industrielle pour dépanner par exemple. En fait pour la majorité des cas, c’est pas bon…

La digestion

Lorsque j’ai peu le temps de cuisiner, que je privilégie des choses préparés (et encore, j’appelle « préparé » à partir du moment où ce n’est pas moi qui coupe les légumes et chaque étape de préparation) la digestion s’en ressent. Si une fois je me fais un petit kiff et commande des pizzas le soir c’est un peu le drame toute la nuit. De même après un week-end riche en invitations, raclettes ou autre durant l’hiver… Nausées voir crampes toute la nuit.

Dans ma démarche de manger mieux, même si c’était presque le cas avant, je ne sale plus du tout. Je pense qu’il s’agit là d’un élément essentiel. Tout le sel dont le corps a besoin se retrouve dans les aliments qu’on ingère. Ainsi chaque fois que l’on rajoute du sel à nos plats… Nous n’en avons pas besoin. Saler l’eau des pâtes par exemple… Vraiment ? Et pour ceux que ça choque il faut savoir que le goût est affaire d’habitudes. Essayes de n’ajouter de sel à aucun plat durant un mois et fais le point, tu seras aussi convaincu que moi.

Aujourd’hui donc lorsque je mange un plat trop salé ou trop gras lorsque je suis invitée ou dans certains restaurants qui ont la main lourde ; je le ressent toute la nuit et il m’est impossible de dormir sans une bouteille d’eau entière à côté du lit. Le lendemain ? Une sensation de gueule de bois, charmant !

Ce qui m’impressionne c’est donc la façon dont mon corps c’est adapté à bien manger. Et comme il me fait comprendre qu’il n’aime plus la mauvaise nourriture ! Mais surtout, comme il apprécie et digère à merveille tout ce qui est frais et sain.

 

L’approche à l’alimentation

Je suis tout a fait d’accord : prendre le temps de cuisiner n’est pas toujours facile ! Je n’ai pas dit que j’étais parfaite, j’essaie juste de faire au mieux, en ce moment c’est difficile avec mes horaires mais je persévère. Donc la majorité du temps j’essaie de m’organiser pour manger des choses préparés et frais la majorité de la semaine et pas que le week-end. On reparlera des différentes techniques à l’occasion.

Régulièrement mon chéri rigole parce que j’aime préparer les légumes exclusivement au couteau. Je sors la machine uniquement pour la salade de carottes en fait^^ et chaque légume est préparé en prenant du temps et pour lui donner exactement la forme dont j’ai envie. Alors ça prend du temps et on est pas obligés d’être aussi têtu que moi hein ! Mais j’aime beaucoup prendre ce temps justement. C’est un peu mon yoga intérieur qui me permet de me vider la tête et une fois qu’on a le coup de main ce n’est pas si difficile. Passer du temps en cuisine seul est relaxant. Mais passer du temps à deux en cuisine est surtout un moment de complicité, le moment de faire un point sur sa journée, discuter et prendre le temps de passer du temps ensemble. Des instants importants.

Là où mon rapport à l’alimentation a également beaucoup changé c’est que je sais exactement ce que je mange. Je sais que j’ai dans l’assiette, je reconnait les goûts, essaie de faire des associations et apprécie énormément mes repas. C’est déjà meilleur pour la santé de savoir ce que l’on a dans l’assiette, mais c’est aussi bon pour le moral et nous force à tester de nouvelles choses en plus d’être meilleur pour la santé. On renoue avec soi-même et les aliments et lorsque l’on mange il ne s’agit pas d’un automatisme ou d’une obligation mais bien de plaisir et convivialité.

Aussi cuisiner beaucoup permet de réduire les déchets. J’entends par là les déchets papiers/cartons/plastiques etc. Certes il y en a encore un peu mais nous n’avons qu’une petite poubelle et je me rends compte qu’elle met quand même plus de temps à se remplir. Et quand on cuisine il s’agit surtout de déchets verts. A Mulhouse il n’y a malheureusement pas de ramassage des déchets verts mais je travaille à trouver une solution.

Et la suite ?

En tout cas la conclusion est là : je suis beaucoup mieux sur beaucoup d’aspects depuis que j’ai choisi d’améliorer mon alimentation et manger sainement. Rien est parfait et je le répète j’essaie de faire au mieux mais c’est parfois difficile ! Du coup il y a encore des choses que j’aimerai prendre le temps d’améliorer et notamment les points suivants :

Le temps et l’organisation sont pour moi comme pour tout le monde les points noirs d’une bonne alimentation. Aussi j’essaie de trouver des solutions et je commence à trouver des pistes mais c’est toujours difficile quand on rentre à 20h le soir de réussir à garder le rythme. J’essaie donc de trouver des parades en cuisinant le week-end pour le reste de la semaine, en préparant des conserves et ce genre de choses mais ce n’est pas encore au point. Dès que ça l’est j’en dédirais surement un article astuces !

Un autre point « d’amélioration » ou plutôt que je veux continuer à développer est de toujours trouver des idées nouvelles pour cuisiner varié et toujours trouver des choses cool à préparer. Je ne veux pas tomber dans une routine et j’expérimente souvent les recettes que je trouve sur internet ou lorsque je goûte une nouvelle façon de préparer au restaurant ou chez des proches je vais toujours à la pêche aux idées. Mon objectif est donc de continuer à découvrir et mettre en application de nouvelles choses. Il y a tant à faire et à essayer …

Enfin reste l’alcool, car oui j’aime bien les plaisirs de la vie ! Je bois pour le plaisir et à la maison nous sommes amateurs de vins. Sauf que voilà je le supporte beaucoup moins qu’avant (vieillirais-je ?) et parfois quelques verres le week-end me donnent déjà la gueule de bois ! Donc loin de moi l’idée d’arrêter l’alcool mais les boissons font partie intégrante de l’alimentation et j’ai besoin de me questionner sur le sujet. La bière le soir d’été est la meilleure. Le lambrusco accompagne tellement bien la pizza qu’on a commandé (oui, celle que je digère mal) ! et les vins de qualité subliment tellement les plats préparés avec amour. Quel équilibre adopter ? Je ne sais pas, se faire plaisir, mais surtout j’aimerais mieux connaitre la fabrication du vin, mieux comprendre le rôle des sulfites et tout ça. Quand j’aurais le temps !